Ma relation avec Google


Créé en 1998 par Larry Page et Sergueï Brin, Google est rapidement devenu le moteur de recherche numéro un chez nous. Mais ceux qui définissent encore Google comme un moteur de recherche aujourd’hui sont loin du compte. Avec un chiffre d’affaire de plus de 50 milliards de dollars en 2012 et plus de 50 000 employés, Google est devenu un géant de l’internet. Il est avec nous tout au long de la journée, sans même qu’on s’en rende compte.

Logo Google

Voici un scénario d’une journée banale (légèrement exagéré, mais pas tant que ça) mettant en évidence l’utilisation des nombreux services de Google.

Ma journée typique avec Google

Il est 8h, le réveil sonne. Le premier geste de la journée sera d’attraper mon téléphone tournant sous Android. Ça y est, Google vient d’entrer dans ma journée, deux minutes après être sorti des bras de Morphée.
Après est sorti bien péniblement de mon lit, il est temps d’allumer l’ordi, de démarrer Google Chrome et d’aller vérifier ses mails sur Gmail.

Une heure plus tard, prèt à me mettre au boulot, je jette un oeil à mon agenda, made in Google Calendar. Pas grand chose de prévu aujourd’hui, on va pouvoir coder tranquillement.

Sur les trois heures de travail qui suivront, j’irai plus de 10 fois sur Google pour effectuer des recherches afin de résoudre divers problèmes. A chaque fois, la solution est toute trouvée en quelques clics.

C’est la pause de midi, le moment parfait pour un peu de détente, et pour aller faire un tour sur les réseaux sociaux. Un tour sur Google+, Twitter et Facebook. Un ami a partagé une vidéo qui a l’air sympa. Elle est hébergée sur Youtube. Après avoir regardé cette vidéo, et 36 autres, il est temps de se remettre au travail.

Au programme cet après-midi, un entretien avec un client. Il m’a donné l’adresse de son bureau, mais je n’ai jamais mis les pieds dans ce quartier. Je vais donc directement faire un tour sur Google Maps pour connaître le trajet. J’en profite également pour repérer les environs à l’aide de Street View. Cela m’évitera de me perdre quand je serai en chemin.

Sur le chemin du retour, j’en profite pour passer faire quelques courses. Armé de mon smartphone, je consulte ma liste de courses dans Google Keep pour ne rien oublier.

Il est 16h, la journée continue, toujours accompagné de Google. Réunion avec des collaborateurs pour discuter de l’avancement d’un projet, via Hangouts. En parallèle, nous travaillons tous ensemble sur un Google Doc, c’est pratique. Le fichier sera enregistré dans notre dossier partagé sur Drive.

Encore quelques heures de développement avant de terminer la journée. Une API pose problème, et son créateur a décidé d’assurer le support via un Google Group. C’est pratique pour poser nos questions et faire nos remarques. Par contre, certaines personnes sur ce groupe ont un vocabulaire anglais assez évolué, et je ne comprends pas certains mots. Heureusement, Google Translate est là pour m’aider.

Il est maintenant l’heure de passer en production ce nouveau site sur lequel j’ai travaillé ces derniers jours. On dirait que tout roule. Je vais quand même vérifier sur PageSpeed Insights si c’est suffisamment optimisé. Je l’ajoute également dans mes Webmaster Tools. J’en profite d’ailleurs pour consulter les données de mes autres sites.

La journée est finie, l’heure est à la procrastination. Sur la soirée, j’aurai visité de nombreux sites web. Je ne m’en serai pas rendu compte parce que j’utilise AdBlock, mais ils sont nombreux à utiliser Adsense, la régie publicitaire de Google.

Il est minuit, je vais me coucher. Smartphone en main, je consulte les statistiques de visite de mes différents sites grâce à Google Analytics. Tout comme la première chose faite en me réveillant, la dernière avant de m’endormir est avec Google.

Le bilan

Ce scénario a été légèrement exagéré évidemment, mais très peu, on est assez proche d’une journée typique pendant laquelle on utilise de nombreux produits Google sans s’en rendre compte. Et comme si le fait que tous ces outils soient si pratiques n’était pas suffisant, ils sont en plus gratuits. N’oublions pas que si c’est gratuit, c’est nous le produit. Google nous offre de nombreux services, tous plus utiles que les autres. En échange, on le laisse récolter nos données. Ça en gêne certains, d’autres s’en moquent. Au final, que ce soit Google ou quelqu’un d’autre qui récolte nos données, cela ne change pas grand chose. Mais ne devons-nous pas craindre cette suprématie de Google qui sait tout et qui fait tout mieux que tout le monde ?

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmailfacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Un commentaire

  1. J'utilise sensiblement les même services (sauf Keep et l'OS Android), c'est vrai que l'on a tendance à confier la plupart de nos habitudes de travail (et souvent également une part de perso) aux services Google.

    Il faut avouer qu'ils sont tellement intuitifs et pratiques qu'il est dur de passer à d'autres solutions (souvent payantes si l'on ne veut pas "être le produit", et encore on l'est quasiment systématiquement).

    Après il faut faire la part des choses, dans certains domaines Google n'est pas à la pointe et d'autres services sont plus efficaces (Paypal vs Wallet par exemple), le tout est de trouver le bon compromis entre efficacité et protection de ses données.
    Reply
  2. Salut Julien,

    En effet, on peut dire que tu vis "Google"!
    Pour ma part, je n'utilise pas la moitié des services que tu présentes ici et il y en a même que je ne connais absolument pas.
    Ça surprends souvent quand je le dis, mais je n'utilise pratiquement jamais analytics, quant à Gmail, j'ai créé ma première adresse il y a peu dans le cadre du référencement d'un site.
    Bref, je ne suis pas aussi Googlisé que toi, mais il faut reconnaître que nombreux sont ses services dont on se peut se passer.

    Amicalement,

    Bruno
    Reply
  3. En ce qui me concerne, j'utilise tous ces services sauf Android. Tu aurais même pu rajouter que tu enfiles tes Google Glass en te levant le matin et que tu bosses sur ton Chromebook ...

    En tout cas, d'un point de vue SEO c'est plutôt flippant. Google est partout, alors quand on ne suit pas les guidelines à la lettre (comme tout le monde quoi) comment faire pour se cacher ou tout du moins ne pas trop s'exposer ? Si cette question vous intéresse, je vous invite à lire le dernier article de l'excellent David Carle : http://www.davidcarlehq.com/2014/01/est-ce-que-google-lit-vos-courriels-gmail/. Flippant non ?
    Reply

Laisser un commentaire.